les députés de la XIV° législature

Contre la corrida

Laurence Abeille, députée du Val-de-Marne, dépose une proposition de loi pour la suppression des corridas, le 19 septembre 2013 et une proposition de loi visant à interdire l'accès aux corridas aux mineurs, le 1er avril 2015, en lien avec l'Alliance Anticorrida  Source Alliance Anti-corrida.

Stéphane Saint-André, député du Pas-de-Calais, interpellé sur la proposition de loi visant à interdire l'accès aux corridas aux mineurs, nous écrit avoir confié notre requête : « au groupe parlementaire PRG. pour la porter à la connaissance des députés et envisager le dépôt de questions écrites, orales, ou d'amendements. ».   Source Alliance Anti-corrida.

François de Rugy, député de Loire-Atlantique estime que « la dérogation dont bénéficie la corrida va à contre-courant des mesures mises en place en Europe du Sud », et s’oppose au « maintien des aides publiques accordées à la corrida ».  Source Alliance Anti-corrida.

Pierre Morange, député-maire de Chambourcy, sur la proposition de loi visant à interdire l'accès aux corridas aux mineurs soutientnotre démarche et assure « Je saurai me souvenir de votre correspondance si ce texte devait être discuté à l'Assemblée nationale. »  Source Alliance Anti-corrida.

Geneviève Gaillard, députée des Deux-Sèvres, déclare : « Nombreux sont ceux qui s'interrogent sur l'utilisation des fonds publics attribués aux corridas. C'est donc logiquement que 3/4 des Français y sont opposés. Il est urgent d'écouter cette majorité silencieuse» Source Alliance Anti-corrida.

Catherine Lemorton, députée de Haute-Garonne, nous écrit : « La corrida est un spectacle barbare qui ne peut exister sous prétexte de tradition. Nous devons oeuvrer pour faire disparaitre l'alinéa 7 de l'article 521-1 du code pénal qui tolère cette barbarie au nom des traditions. »  Source Alliance Anti-corrida.

Pour la corrida

Christian Estrosi, député-maire de Nice, a assisté à la corrida de Chateaurenard en 2015. Il n'a rien trouvé de mieux que de justifier les traditions sanglantes en estimant qu'il faut « être proche de l'authenticité de ce qui a fait notre civilisation » ! Voir La Provence.

Gilbert Collard, député du Gard, nous écrivait à la veille du 2° tour des législatives : « la dégradation de ce "spectacle" me motive pour vous soutenir ». Le 21 septembre 2012, sur RMC, il qualifie la corrida de : « danse sublime entre la vie et la mort » et appelle au « respect des traditions » ! Voir Midi Libre et Rue89.

François Fillon, député de Paris, est un amateur. Ayant passé une partie de son enfance au Pays Basque, il se rendait souvent dans les arènes de Bayonne. Sa dernière apparition remonte au 15 août 2005, en compagnie du maire, Jean Grenet. Lui, a au moins eu la décence de ne s'afficher dans aucune arène lorsqu'il était ministre...

Catherine Quéré, députée PS de Charente-Maritime, interrogée par un adhérent de l'Alliance Anticorrida, affirme lors de leur entretien « Je ne voterai pas cette loi même si elle était débattue, car j’ai été convaincue par mes pairs que l’on ne peut pas empêcher une tradition. » Sans commentaires !
Source Alliance Anti-corrida.

Françoise Dumas, députée du Gard, vice-présidente du groupe tauromachie à l'Assemblée nationale est une cumularde ! Elle est régulièrement vue dans les arènes nîmoises en compagnie des présidents de Région et de Jean-Claude Gayssot, entre autres. » Midi libre.

Damien Abad, député de l'Ain s'était vu offrir par Jean-François Copé un poste de secrétaire national de l'UMP. Cet élu né à Nîmes nous répond sèchement « Je suis POUR la corrida, merci de ne plus me contacter, je ne changerai point d'avis. » Source Alliance Anti-corrida.

 

télécharger la liste des députés :



L'abolition des corridas passera nécessairement par un débat parlementaire. Comme plus de 500 adhérents et sympathisants à l'Alliance Anticorrida, rencontrez votre député(e) et demandez-lui de :

le gouvernement

Marie-Arlette Carlotti, ancienne ministre chargée des personnes handicapées, a assisté aux corridas de Béziers et Boujan-sur-Libron en 2012. Elle déclare à Midi libre : « Quand ça vous prend, ça ne vous lâche plus. Maintenant, c’est sans culpabilité. »

Ségolène Royal « Une adhésion générale à l’évolution du Droit vaut mieux parfois qu’une interdiction venant se heurter à des questions de culture et de tradition locale, qui ne sauraient être traitées de manière brutale. La démocratie participative doit jouer son rôle. »
 
Source : Alliance Anti-corrida 2007.

François Hollande qui reçoit les toreros à l'Élysée, nous avait répondu en 2012 :« La corrida peut heurter certaines personnes, sensibles au sort malheureux réservé aux animaux, dont la mise à mort est reléguée au rang de divertissement. Néanmoins il n'est pas contestable que la tauromachie est partie intégrante de la culture méridionale au même titre que la gastronomie ou le parler local. » Source : Alliance Anti-corrida.

Manuel Valls déclare, le 11 septembre 2012, à BFMTV : « la corrida est une culture qu'il faut préserver ». L'impensable s'est produit une semaine plus tard, quand il a indiqué à Midi Libre « Plusieurs membres du gouvernement sont aficionados. On a une capacité à bloquer tout projet éventuel » !

Alain Vidalies Vice-président du Groupe d'études sur la tauromachie à l'Assemblée nationale, ministre délégué auprès du Premier ministre, et chargé des relations avec le Parlement il s'affiche à la présidence de la corrida du 21 juillet 2013 à Mont-de-Marsan, au côté de la maire de la ville.

Numéro 2 de la Fédération PS du Gard, Nicolas Cadène, aficionado forcené, a été est nommé délégué auprès du ministre de l'Agriculture. Parmi ses préoccupations on notera la « promotion des cultures taurines » et la création d'une section sport-étude pour former les toreros ! Photo : nicolascadene.net

municipales 2014

À l’approche des municipales de 2014, l'Alliance Anticorrida avait réalisé un travail considérable en demandant à tous les candidats de se positionner sur la corrida, notamment sur ces trois propositions en l'état actuel des choses :

  • Cesser le financement public des corridas,
  • Autoriser l'accès des arènes uniquement aux plus de quatorze ans,
  • Remplacer les corridas par des spectacles qui respectent l'intégrité des animaux.
L'association a aussi fait paraître une lettre ouverte dans la presse du Grand Sud :

Ci-dessous les positions des élus ou ex-élus à se rappeler pour la suite...

 

Pour la corrida

Pour l'abolition
Ont promis des mesures

Pour un référendum
Ont déjà pris certaines mesures
N'ont pas répondu...



Toute reproduction du texte, des photos ou des dessins du site est soumise à autorisation de la part de l’Alliance Anticorrida.