22/02/2018

Création du groupe Condition animale

les parlementaires

 

Le groupe de travail Condition animale a été constitué au sein de l'Assemblée nationale le 21 février. Trente-sept parlementaires de tout bord, ultra motivés pour faire évoluer les lois sur la protection des animaux, se sont rassemblés sous la présidence de Loïc Dombreval qui affirme vouloir : « faire de la condition animale son cheval de bataille ».

Des priorités ont été actées : l'élevage et les méthodes d'abattage, l’arrêt de l’utilisation des animaux sauvages dans les cirques et l'interdiction de l’accès aux corridas pour les moins de 14 ans.

C'est cette dernière mesure que leur avait présentée Claire Starozinski, présidente de l’association, à Paris, le 20 décembre dernier.

Pour la première fois, on voit se rassembler des parlementaires de toutes sensibilités, capables d'échanger de façon ouverte, au-delà des clivages politiques habituels et qui déclarent de concert : « Notre engagement y sera à la hauteur des enjeux ». Ce qui fait naître un immense espoir parmi les acteurs de la protection animale.

L'une des vice-présidentes, Claire O' Petit fait observer qu'il n'est pas anodin de présenter à des enfants le spectacled'hommes et de femmes violentant un animal à mort. Pour légiférer, elle s'appuie sur un sondage IFOP/Alliance Anticorrida selon lequel 83 % des Français souhaitent interdire l’accès aux arènes aux enfants de moins de quatorze ans 

Elle invoque également les travaux des spécialistes de la relation homme-animal mais aussi la recommandation du Comité des Droits de l'Enfant (organe de l’ONU) faite à la France en lui demandant d'interdire l’accès des mineurs aux spectacles de tauromachie ou apparentés.

De son côté, Claire Starozinski, ajoute « Si le législateur a accepté une dérogation à la loi pénale au bénéfice des courses de taureaux, il convient d’en préciser la portée en interdisant l’accès des arènes aux mineurs de moins dequatorze ans. »