25/07/2017

Villes et états anticorrida...

Villes anti-corrida

Cliquer sur la photo pour agrandir

Dans le monde, 151 villes et états se sont déjà déclarés contre la corrida. Mais en France, seulement 4 villes sur 36 000 communes ont réalisé la démarche.

Alliance Anticorrida vous propose d'interpeller les élus communaux, compte tenu de la proximité avec leurs concitoyens.

Il s'agit de demander un rendez-vous avec votre maire pour l'inciter à déclarer votre commune « Amie des animaux ». Une telle initiative n'aurait rien d'une posture. Ce serait, au contraire, un geste fort consistant à inscrire une collectivité dans ce mouvement de progrès appelé à s'étendre.

Argumentaire dont vous pourrez vous inspirer :

En 2004, André Aschieri, maire de Mouans-Sartoux (Alpes-Maritimes) et membre d’honneur de l’Alliance anticorrida déclarait officiellement sa commune « ville anticorrida et amie des animaux ». Il était suivi par Bully-les-Mines (Pas-de-Calais) en 2006, Montignac (Périgord) en 2007 et Joucou (Aude) en 2009.

En Espagne comme en France, excepté dans quelques grandes villes, la corrida ne fait plus recette et n’a même plus d’avances sur recettes. La faute à la crise ? Pas seulement.

Après une période d’engouement irraisonné où la moindre localité voulait sa corrida, le soufflé est retombé. Partout, les jeunes générations se détournent de ces prétendues « festivités » qui donnent d'une ville une image aussi passéiste que rétrograde.

Vous vous en doutez, si je vous sollicite aujourd'hui, c'est pour vous demander de bien vouloir user de vos prérogatives pour que votre commune, à son tour, soit déclarée ville anti-corrida et amie des animaux.

Et même si votre ville n’a pas de tradition taurine, votre décision serait un symbole fort, qui permettrait de généraliser la condamnation des pratiques sanguinaires que l'Alliance Anticorrida, dont je suis membre, ne confond pas avec les courses camarguaises et landaises, sports qui respectent l'intégrité de l'animal.

Documents nécessaires en téléchargement :