14/09/2017
Sondage Nîmes 2017


Grâce à ce sondage, réalisé par l’IFOP en août 2017, l’Alliance Anticorrida démontre qu'en dépit de l’extrême pression économique et socio-culturelle qui règne dans la capitale française de la tauromachie, les anticorrida sont bel et bien devenus majoritaires ! Le seuil symbolique de 50 % est largement franchi.

Alliance anti-corrida

Êtes-vous favorable ou défavorable aux corridas avec pique, banderilles et mise à mort des taureaux ?

  • Défavorable : 54 %
  • Favorable : 38 %
  • Ne se prononcent pas : 8 %

54 % des Nîmois sont défavorables aux corridas et seulement 38 % seulement y sont favorables.

On observe un net rejet de la pratique de la corrida chez les femmes et les jeunes générations. Ainsi, 61 % des Nîmoises affirment s’opposer aux corridas avec mise à mort de l’animal, contre 46 % chez les hommes. Un clivage générationnel ressort également, avec une nette divergence entre les plus vieux et les plus jeunes. Si 68 % des personnes âgées de 18 à 24 ans rejettent l’organisation de corrida avec mise à mort de l’animal, cette proportion tombe à 42 % parmi les 65 ans et plus, qui apparaissent donc les plus attachés à ces spectacles archaïques.

Alliance anti-corrida

Approuvez-vous ou désapprouvez-vous le fait que des écoles de tauromachie et des organisateurs de corridas reçoivent des subventions de la part des mairies, du conseil départemental et du conseil régional ?

  • Approuve : 42 %
  • Désapprouve : 52 %
  • Ne se prononcent pas : 6 %

52 % des sondés estiment que l'argent public ne doit pas être dilapidé dans des activités en faveur de la tauromachie.

Alliance anti-corrida

Et personnellement, approuveriez-vous un remplacement des corridas par d'autres manifestations comme les « Grands jeux romains » ?

  • Approuve : 55 %
  • Désapprouve : 43 %
  • Ne se prononcent pas : 2 %

55 % des Nîmois adhèrent à l’idée de remplacer les corridas par d’autres manifestations, telles que les « Grands jeux romains » par exemple et 73 % des 18-24 ans se disent favorables au remplacement des corridas par d’autres manifestations, contre seulement 44 % des 65 ans et plus.

EN SAVOIR PLUS...

Aux termes d’un précédent sondage réalisé par Ipsos Opinion, le 26 janvier 1998, pour l'Alliance Anticorrida et dans les mêmes conditions, 37 % des Nîmois étaient pour la suppression des corridas qui comprennent la mise à mort du taureau, et 50 % étaient pour. En moins de 20 ans les anticorrida ont donc gagné 17 points.

On l’aura compris, même dans le fief de la tauromachie, la corrida vit ses dernières heures.

Lire le Dauphiné Libéré
Lire sur France3 Occitanie
Lire La Gazette
Lire La Provence
Lire Euronews



Les enquêtes ont été menées auprès d’un échantillon de 404 personnes, représentatif de la population de la commune de Nîmes, âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de l’interviewé) après stratification par quartier.